LE PTPGP OFFRE UN IMMENSE POTENTIEL AUX EXPORTATEURS DU SAGUENAY– LAC-SAINT-JEAN

À propos de EDC

EDC est l’organisme de crédit à l’exportation du Canada. Notre mandat est soutenir et développer le commerce extérieur du Canada en aidant les entreprises canadiennes à profiter des débouchés offerts sur le marché international. Nous sommes une société d’État financièrement autonome indépendante du gouvernement du Canada.

Par Madame Diane Belliveau, directrice de district Développement
des affaires au bureau de Québec chez Exportation et développement Canada

Lorsque l’Accord de partenariat transpacifique global et progressiste (PTPGP) est entré en vigueur le 30 décembre 2018, le Canada est devenu membre d’un important bloc commercial de 11 pays dont la population totalise 495 millions de personnes et le produit intérieur brut (PIB) combiné s’élève à 13,5 billions de dollars.

L’accord, conclu entre la Nouvelle-Zélande, l’Australie, le Brunei, le Canada, le Chili, le Japon, la Malaisie, le Mexique, le Pérou, Singapour et le Vietnam, fait du Canada le seul pays du G7 à profiter du libre-échange dans les Amériques, en Europe et dans la région de l’Asie-Pacifique. Il ouvre également la porte au Japon, troisième économie mondiale et pays dont le Canada cherche à obtenir un accès préférentiel au commerce depuis des
années. De plus, les Canadiens accèderont à des marchés à croissance rapide comme la Malaisie (dont le PIB a augmenté de 5,9 % en 2017), le Laos
(6,9 %) et le Vietnam (6,8 %).

Pour les exportateurs du Saguenay–Lac-Saint-Jean, dans la Belle Province, nos analystes prévoient que trois secteurs, soit la foresterie, l’aluminium et
l’agroalimentaire, connaîtront une activité florissante.

Des gains à l’horizon pour l’industrie forestière

Les exportations canadiennes de produits forestiers et de produits du bois à valeur ajoutée font actuellement l’objet de droits de douane dans certains marchés, notamment le Japon (jusqu’à 10 %), le Vietnam (jusqu’à 31 %), la Malaisie (jusqu’à 40 %), l’Australie (5 %), la Nouvelle-Zélande (jusqu’à 5 %) et le Brunei (jusqu’à 20 %).

Avec l’entrée en vigueur du PTPGP en décembre, des produits forestiers canadiens de premier plan seront exempts de droits à quelques exceptions près, et ces exceptions disparaîtront progressivement, elles aussi. À l’heure actuelle, le Canada est le quatrième fournisseur de produits forestiers et de produits du bois à valeur ajoutée au Japon, pour une valeur de 1,7 milliard de dollars entre 2014 et 2016. Sans droits de douane, Affaires mondiales Canada (AMC) affirme que le Canada pourrait devancer des concurrents comme la Russie et la Chine, qui ne font pas partie du PTPGP.

L’agroalimentaire, un secteur porteur

L’agroalimentaire présente également un potentiel puisque plusieurs pays éliminent de nombreux droits de douane sur différentes périodes. La Malaisie éliminera sur-le-champ 92 % de ses lignes tarifaires; l’Australie les supprime toutes, sauf une; et la Nouvelle-Zélande en abolit immédiatement
99 %, le reste devant disparaître sur cinq ans. AMC note que de nouveaux marchés s’ouvriront pour les produits agricoles, mais aussi pour les secteurs des boissons et de la transformation des aliments.

De plus, les gains du secteur agroalimentaire liés à l’élimination des droits de douane et à l’ouverture des marchés sont, selon AMC, particulièrement importants au Japon, en Malaisie et au Vietnam, où le Canada compose avec des droits de douane élevés et n’a pas d’accès préférentiel. Aujourd’hui, les exportations canadiennes vers les pays du PTPGP s’élèvent en moyenne à 6,9 milliards de dollars par année, les principales étant le canola, le blé, le porc, le soja, le malt, le blé dur, le boeuf, l’huile de canola, les lentilles et les frites surgelées.

L’aluminium pourrait revenir en force

Les exportations de métaux et de minéraux, y compris l’aluminium, sont actuellement assujetties à des droits de douane sur plusieurs marchés du
PTPGP. Par exemple, les droits sur les produits d’aluminium atteignent 30 % en Malaisie et 27 % au Vietnam. Toutefois, ceux de l’Australie et du Japon sont maintenant éliminés, alors que ceux de la Malaisie seront supprimés sur 10 ans et ceux du Vietnam sur 3 ans.

À l’heure actuelle, par rapport aux membres du PTPGP, le taux de croissance annuel composé du Canada (indicateur de croissance moyenne sur une période de cinq ans) est le plus élevé avec celui du Vietnam (19,8 %), du Mexique (7,6 %) et de Singapour (6,9 %). Toutefois, le Canada compte 10 partenaires au total dans le cadre du PTPGP, et chacun d’eux offre de nombreuses possibilités aux exportateurs du Saguenay–Lac-Saint-Jean. Il est temps d’explorer comment cet accord commercial du Canada peut vous aider et d’en tirer parti.