Structurer son financement, un défi pour l’exportateur

À propos de Emmanuelle Lemaire

Directrice, Développement des services internationaux chez Desjardins

Le fait d’être exportateur ajoute une dimension différente à vos besoins de financement. En effet, une marge de crédit conventionnelle ne suffit souvent pas à combler vos besoins de financement pour vos comptes clients étrangers. Pourquoi? Tout simplement parce que votre institution financière doit les exclure de votre margination ou, du moins, leur accorder un ratio de financement inférieur à celui que vous obtenez pour vos créances domestiques. Comment maximiser votre financement? Voici deux stratégies à votre portée.

L’assurance comptes à recevoir est une solution très intéressante. En plus de vous protéger contre le risque de défaut de paiement de votre client, cette assurance vous permet d’obtenir, auprès de votre institution financière, un ratio de financement pouvant aller jusqu’à 90 % du montant de vos créances étrangères. Il faut toutefois s’assurer de nommer cette dernière bénéficiaire de votre police d’assurance conjointement avec vous. Cette solution d’affaires a donc pour effet d’améliorer considérablement votre accès au financement et à votre fonds de roulement. Largement utilisée, elle constitue également un levier de développement d’affaires intéressant. Il est en effet plus facile  d’offrir des modalités de paiement plus souples à vos clients, vous permettant ainsi d’accroître votre volume de ventes.

Autre solution : l’escompte de créances

Mais qu’arrive-t-il si l’idée de gérer une police d’assurance comptes à recevoir ne vous emballe pas? La meilleure solution consiste peut-être à faire escompter vos créances étrangères. Grâce à l’escompte de créances, que l’on nomme également affacturage, vous obtenez le paiement de vos créances dès l’émission de vos factures, et ce, sans avoir à gérer de police d’assurance. En d’autres mots, non seulement Desjardins prend en charge la gestion de la police d’assurance-crédit, mais en plus, vous obtenez, dès l’émission de votre facture, un paiement allant jusqu’à 90 % de la créance.

La suite est toute simple. Devenu propriétaire de votre créance, Desjardins vous verse le 10 % restant dès que votre client effectue son paiement. L’affacturage vous assure des liquidités immédiates tout en vous libérant de la gestion de la police d’assurance. De plus, comme vous recevez vos liquidités plus rapidement, votre marge de profit est moins exposée aux risques de fluctuation des taux de change.

Autre fait intéressant : ces deux stratégies s’appliquent également à vos créances canadiennes. Il s’agit donc de deux solutions d’affaires à considérer sérieusement comme levier autant pour vos ventes domestiques que pour vos exportations.